Les agroentrepreneurs à l’honneur avec le World Food Prize 2017

23-Oct-2017

Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, était honoré vendredi dernier du « World Food Prize » 2017, sorte d’équivalent d’un prix Nobel de l’agriculture. Le président de la Fondation n’hésite pas d’ailleurs à le qualifier de « Norman Borlaug africain », du nom du fondateur de la Fondation à qui l’on attribue généralement la paternité de la « Révolution verte ».

La récompense du Dr Akinwumi Ayodeji Adesina est tout à fait naturelle à la vue de son engagement historique en faveur du développement de l’agriculture et de la lutte contre la malnutrition. Issu lui-même d’une famille d’agriculteurs, il est passé par la Fondation Rockefeller avant d’être nommé Vice-président des opérations pour l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA). Il a ensuite été ministre de l’agriculture du Nigéria de 2011 à 2015 avant de devenir président de la Banque africaine de développement (AfDB). L’ambassadeur Kenneth Quinn a ainsi salué son action décisive dans l’augmentation de la production alimentaire au Nigeria, dans la hausse des crédits disponibles pour les petits exploitants agricoles ou encore son leadership actif au niveau politique pour transformer l’agriculture en Afrique.

Le président de la Banque africaine de développement s’est par ailleurs engagé à consacrer les 250.000 dollars de récompense pour financer les jeunes agriculteurs et entrepreneurs agricoles afin de nourrir l’Afrique et le monde. Ces fameux « agripreneurs » sont en effet la clé de voute de l’agriculture africaine et d’une croissance durable. Comme le président Owona l’expliquait récemment dans une tribune, « les petits exploitants agricoles africains souffrent de voir leur métier perçu comme archaïque et voué à la sous-productivité ». Pourtant, « Ces agro-entrepreneurs connaissent toutes les contraintes et les défis des chefs d’entreprises ».

Nous ne pouvons que souhaiter que ce fonds qui va être mis en place pour les agriculteurs soit l’amorce d’un changement de perception de leur rôle dans la croissance africaine et que cette initiative en amènera beaucoup d’autres.